Pour nous écrire  



Romorantin, archétype de la petite ville française provinciale,
fit pendant de longues années le bonheur des chansonniers.
 Longtemps loin des grands courants routiers ou ferroviaires, malgré sa position centrale au centre de la France,
elle tient aujourd'hui sa revanche en devenant le coeur
d'un triangle autoroutier.

"Romorantin" s'appelait avant le XVIème siècle "Remorantin"
ce qui désignait, selon l'étymologie la plus plausible, les terres marécageuses ("mo") regroupées autour d'un ru ("re") appelé le "Rantin".
"Lanthenay" est le nom d'une commune adjacente qui fut rejoint
par l'extansion de la ville au XXè siècle et s'accola définitivement
à son nom en 1961.

"Remorantin" connut une période particulièrement faste à l'époque de la Renaissance lorsque son château, appartenant à la famille des Angoulême, hébergea pendant plusieurs années la famille royale et plus particulièrement la mère du futur roi François 1er, Louise de Savoie. Celui-ci, fort de sa dernière victoire de Marignan, voulait construire une résidence royale à la hauteur de son rayonnement.  Le projet ne se cantonnait pas d'un seul château mais de la construction d'une cité entièrement nouvelle, conçue sur l'eau, avec un système de canaux et de moulins qui en régulerait toutes les saletés et en assurera salubrité et prospérité. Des travaux de terrassement commencèrent mais Français 1er attendait celui qui, seul, pouvait concevoir et diriger l'ampleur de ce projet : Léonard de Vinci. Ce projet est donc à l’origine de la venue du génial Florentin en France qui, dès son arrivée, vint sur place y travailler.Pour cette bourgade destinée à devenir la capitale du Royaume il conçut un projet à la mesure de ses rêves et des ambitions du jeune roi de France : une nouvelle Rome. Mais le génial Florentin s'éteignit trop vite et le projet ne fut pas réaliser. C'est à partir de cette époque que  "Remorantin" devint "Romorantin" :  future "Rome" sur la rivière du "Rantin".
François 1er ne garda des croquis de Léonard que le projet du pavillon de chasse qui fut transformé au fur et à mesure de sa construction en château et devint... Chambord !
"Romorantin" n'a gardé de ce rendez-vous manqué avec l'histoire
que son nom...
Les dernières découvertes sur ce projet font l'objet d'une première exposition actuellement au Clos-Lucé (jusqu'au 31 janvier 2010) et à partir du 6 juin 2010 à Romorantin au Musée de Sologne.

salamandre.JPG (3895 octets)

* Les croquis de Léonard de Vinci concernant ce projet de résidence royale de François 1er à Romorantin sont directement accessibles en ligne sur le site de la British Library.
Codex  
sur Léonard de Vinci, voir aussi
les dossiers de la Renaissance

Les Illustrations de cette page sont de David Morichon.

Aujourd'hui, son charme réside encore principalement dans l'emplacement de son site, à cheval sur la rivière de la Sauldre, et les terres marécageuses longeant la rivière sont devenues au XIXème siècle un parc de 5 hectares réparti sur plusieurs îles, en centre ville.
Le
musée de Sologne installé dans trois anciens moulins a retrouvé avec sa passerelle contemporaine l'axe d'entrée de l'ancienne ville et  l'Espace Automobiles Matra  présente la collection de voitures de courses et prototypes ayant fait l'originalité de la production Matra automobiles, longtemps installé à Romorantin. L'aménagement d'un échangeur autoroutier à la sortie de la ville en direction de Villefranche sur Cher et en direction de Tours fait désormais de notre ville une plaque tournante  au centre de la France et de l'Europe. 

Le Grand Hôtel du Lion d'Or fut construit lors de l'extension de la ville à la Renaissance et l'hôtel se situe dans la rue principale récemment rénovée avec des trottoirs dallés de pierres blanches, plantés de charmilles, jalonnés de tous commerces de qualité : alimentation, vêtements, maroquinerie, librairies, parfumeries, cadeaux, arts de la table, antiquaires, etc.

 


  69 rue Georges Clemenceau 41200 Romorantin-Lanthenay France
Tél. 33 + (0) 2 54 94 15 15 Fax. 33+ (0) 2 54 88 24 87
Email. info@hotel-liondor.fr